1990 
  
Bercy  14 Septembre / 4 Octobre 
Dans la chaleur de Bercy

-Ouverture Bercy 90
Je suis né dans la rue
Mon p'tit loup
Les vautours
Cadillac
Honky tonk women
Je ne suis pas un héros
Possible en moto
Quelque chose de Tennessee
Diego libre dans sa tête
Gabrielle
Laura
-Sortie de scène
Le chanteur abandonné
Adeline
Mirador -
-Black blues voices ( La chorale camerounaise Pek-Nyambe)
La musique que j'aime
Aimer vivre
Pendue à mon cou
La fille de l'été dernier
Dégage
Le bon temps du rock'n'roll
-Sortie de scène
Je te promets
L'envie.
 
  
Musiciens : 
Norbert Krief, Hugo Ripoll : guitares
Christian Padovan : basse
Yves Sanna : batterie
Thierry Tamains, Michel Amsellem : claviers
Michel Chevalier : harmonica
Bruno Ribeira, Serge Roux, Pierre Mimran, Philippe Gobinet : saxophones.
 
  
Direction musicale : Jannick Top. 
Programmation synthétiseur : Serge Perathoner. 
Le grand orchestre symphonique d'Europe dirigé par Olivier Holt
pour "Je te promets" et "L'envie".
 
  
Choeurs : 
Erick Bamy, Michel Chevalier, Debbie Davis, Rebecca Bell, Yvonnes Jones. 
La chorale camerounaise Pek-Nyambe dirigée par Tonye Tony Jackson. 
 

Bercy 22/09/90



Palais Omnisport de Paris-Bercy, Paris.
Samedi 22 septembre 1990.




Le 2ème Bercy de Johnny. Je suis dans les gradins juste à coté de la scène.

Cette année pas de rideau, mais un grand mur sur lequel des taggeurs s'exèrcent et un voile recouvre la scène.

Le noir se fait, quelques projecteurs s'allument, le mur de tag s'abaisse, le voile est aspiré dans les cintres découvrant l'orchestre de Johnny qui joue l'intro et brutalement sur la gauche de la scène à mi hauteur, Johnny apparait seul face à un micro.

Il est à moins de 10 mètres de moi, et dans l'ovation qui monte de Bercy, j'ai lu un instant sur le visage de Johnny le trac qui l'envahit.

Il est habillé tout de cuir noir, avec une guitare et il attaque "Je suis né dans la rue". À la fin du premier couplet il empoigne le micro et descend les marches qui l'amènent au milieu de la scène.

Il enchaine avec "Mon p'tit loup" et "Les vautours" avant de chanter "Cadillac".

Après une mise en scène lui permettant, avec ses musiciens, de flirter avec ses choristes sur "Honky tonk women", arrive un des grands moments du show.

Il y a plusieurs années Johnny a enregistré un texte de Balavoine "Je ne suis pas un héros" qui ne fut pas un succès. D'ailleurs Balavoine repris la chanson à son répertoire.

En cette fin d'année 90, à quelques semaines de la guerre du Golf, Johnny reprends la chanson (plutot anti- militariste) avec une nouvelle orchestration et là c'est le tube qu'il crée devant nous.

Ensuite pendant que Johnny se met en tenue de bikers, un motard évolue dans les escaliers de la scène de Bercy avant qu'il attaque "Possible en moto" puis vient "Quelque chose de Tennesse" avec tous les briquets allumés dans Bercy avant que Johnny nous livre une nouvelle chanson inconnue "Diego" qui deviendra le tube que l'on connait.

Après "Laura" et "Gabrielle" Johnny va se changer pendant que Eric Bamy chante, avant que Johnny revienne avec un nouveau magnifique costume en cuir à franges avec "Le chanteur abandonné" puis une nouvelle création "Adeline" de Felix Gray et "Mirador".

Arrive alors une chorale Camerounaise préparant l'intro de "Toute la Musique que j'aime" suivi de "Aimer vivre". Une quinzaine de guitaristes entoure Johny pour "Pendue à mon coup" avant une partie plus rock avec "La fille de l'été dernier" et la reprise de "Dégage" et "Le bon temps du rock'n'roll".

C'est alors le premier rappel qui va durer prés de dix minutes le temps que Johnny se change et revienne en costume et cravatte pour chanter "Je te promets" accompagné par Le grand orchestre symphonique d'Europe d'Olivier Holt sortant de de la fosse de Bercy et il finira par "L'envie".

Comme au bon vieux temps, Johnny , son orchestre et ses choeurs salueront le public sur le devant de la scène avant que Johnny effectue une révérence à ses musiciens.


N.B
.. 8 ans plus tard, c'est le même Olivier Holt qui dirigera l'orchestre symphonique du Stade de france.


Photos