1984 
  
Zénith  25 Octobre / 2 Février 1985 
  
-Intro Zénith
Poing cœur
Je sais que tu ne peux pas trouver mieux ailleurs
Le pénitencier
J'ai oublié de vivre
La musique que j'aime
L'amour violent
Signes extérieurs de richesse
Ma gueule
Ne me quitte pas
Entre violence et violon
Quand un homme devient fou
Rien à personne
Ne tuez pas la liberté

-entracte

Le cœur du rock'n'roll
Toi tais toi
Drôle de métier
La garce
Hey Joe
J'aimerais pouvoir encore souffrir comme ça
Nashville blues
Gabrielle
-Medley : Je suis né dans la rue/ Elle est terrible/ La fille de l'été dernier/
- Souvenirs souvenirs/ 37 ème étage/ O Carole/ Johnny reviens!/
- Blue suede shoes/ Rien que huit jours/ Tutti frutti
-sortie de scène
Je me sens si seul
Excuse moi partenaire
Le bon temps du rock'n'roll
Mon p'tit loup
-sortie de scène
Whole lotta shakin'goin'on.
 
  
Musiciens : 
Rocky, Mike Bazzani, Eric Bouad : guitares
Jimmy Gibson : basse
Nick Muir, Jean Louis Hennequin, Jean Mora : claviers
Alain "Doudou" Weiss : batterie
Jean Louis Hennequin : percussions
Jean Louis Mongin : harmonica
Evrard, Linares, Haudin, Pierre Louis : violons
Fourquet, Courpet, Ramirez, Morizur : cuivres.
 
  
Choeurs : 
Julie et Tracy Collins, Erick Bamy. 
 

Zenith 11/11/84



Zénith, Paris.
Samedi 21 décembre 1984.




Johnny n'a pas voulut chanter à Bercy qui vient de sortir de terre. Il préfére faire 3 mois au Zénith fin 84 / début 85 avec l'entrée en scène la plus chère et la plus marquante.

Nous sommes début décembre et comme d'habitude la salle est bondée et l'ambiance terrible.

Pour l'entrée en scène, nous recevons un grand coup de poing dans la figure. Une main géante et gantée vient du fond de la scène et s'avance au dessus des premiers rangs. Elle se dirige vers la droite et la gauche avant de se retourner et de se déplier, découvrant un Johnny qui se déplie et entamme au coeur de cette main "Poings coeur".

Johnny est amaigri, ses cheveux ont retrouvés leur couleur naturelle et il est en grande forme. Au cours de la première partie, des chansons des deux derniers albums Entre violence et violon, Nashville 84 et des tubes.

Création du projet (reporté en 79 à cause de la mort de Jacques Brel) de "Ne me quitte pas". Johnny chantant magnifiquement cette chanson à genoux et une version très hot de "Toute la musique que j'aime". La fin de la 1ere partie porte sur la défense des libertés (à l'époque les nouvelles radios type NRJ sont menaçées) avec "Rien à personne" et "Ne tuez pas la liberté". Johnny finit cette première partie décapité, sur l'échafaud.

En 2éme partie Johnny apparait en costume lamé sur une chemise rouge. Quelques belles ballades "Drôle de métier", "Souffir comme ça", "Nashville Blues" et 2 versions hot de "La garce" (création) et "Gabrielle". Ces 2 versions hot remplacent un projet où Johnny devait faire semblant de faire l'amour sur scène.

Ensuite, c'est de la folie avec un Medley de plus 1/2 heure de rocks commençé par "Je suis né dans la rue" et finit par "Tutti frutti".

En 3ème partie (ç'est la 1ere fois qu'un chanteur fait un show régulier de 2 heures et demi et invente une 3ème partie), il revient habillé de cuir noir pour "Excuse moi partenaire". Cette chanson se termine par une bagarre au fouet (Indiana jones vient de sortir) assez extraordinaire. Le délire est atteint avec "Le bon temps du Rock'n'roll" où les lumières jaillissent de partout et chauffent la salle au propre comme au figuré. Après une fausse sortie, Johnny revient sur une Kawasaki pour une version déjantée de "Mon petit loup". Les 2 guitaristes de Johnny jouant au dessus des spectateurs graces à des treuils.

Le spectacle se termine sur "Shake baby shake".

2 heures et demi de folie dans une ambiance superbe.


N.B

.. Début Janvier Johnny sera victime d'un malaise sur scéne l'obligeant à annuler pratiquement tout le mois. Le spectacle reprendra pour seulement 3 représentations.
.. C'est au cours de ce Zénith 84 que Michel Berger et Johnny déciderons de travailler ensemble et que Michel écrira Le chanteur abandonné.
.. Steven Spielberg alla voir Johnny au Zénith, mais les projets de cinéma ne déboucheront pas.


Photos